Neelim Kumar Khaire : l’homme qui passait 3 jours en compagnie de 68 serpents

Quand vous entendez quelqu'un parler de phobies, à quoi pensez-vous ? Vous pensez probablement aux serpents, aux araignées, à l'océan, etc… N'est-ce pas ? Pas étonnant, après tout, ce sont les peurs les plus courantes des êtres humains, une liste qui est beaucoup plus longue et très courante. Mais qu'en est-il lorsqu'une personne veut prouver exactement qu'il n'y a rien à craindre ?


Ce que beaucoup de gens confondent, c'est que la phobie et la peur ne sont pas la même chose. Lorsqu'une personne a peur des hauteurs, par exemple, il est très probable qu'elle sera capable de gérer la peur par elle-même, simplement en faisant l'expérience d'expositions et en surmontant la chose en question. Mais quand il s'agit d'une phobie, le trou est plus bas.


Le fait est qu'une phobie n'est pas toujours inexplicable ou irrationnelle. La phobie des serpents, par exemple, est la deuxième plus grande au monde. Mais, être un animal qui peut tuer avec une simple piqûre… ça n'a rien d'irrationnel, n'est-ce pas ? Peut-être que penser de cette façon est que l'attitude de Neelim Kumar Khaire prend des contours encore plus dramatiques.

Il avait 28 ans et menait une vie simple et tranquille, étant réceptionniste dans un hôtel cinq étoiles à Pune, en Inde, en 1986. Depuis avant cette époque, il avait déjà une grande affection pour les reptiles. Khaire avait auparavant travaillé dans une maison de vacances près de Bombay, où il a été exposé à une variété de serpents. En tant que gestionnaire, il était de sa responsabilité de s'occuper des animaux.

Il finit par tomber amoureux des animaux et prend une décision. La maison où il habitait était fréquemment envahie par des serpents, mais il décida qu'il ne les tuerait plus. Ainsi, chaque fois qu'un animal envahissait sa maison, il se contentait de les capturer puis de les déposer dans une zone isolée, loin des maisons.


Khaire a été frustré lorsqu'il a attrapé un serpent une fois et l'a emmené à l'Institut Haffkin de Bombay. Là, il a entendu que cette espèce était très dangereuse et qu'il ne devrait pas la transporter de cette façon, qu'elle n'était pas sûre. Il n'était pas d'accord parce qu'il ne se sentait pas menacé par les serpents.

Tout au long de sa vie, Khaire prétend avoir capturé environ 25 000 serpents et pris « seulement » 6 000 piqûres. Il ne s'est jamais senti menacé par les animaux et les a toujours consid