Les cinq (5) pandémies les plus meurtrières de l’histoire du monde

La pandémie de coronavirus est souvent décrite comme une crise mondiale jamais vue auparavant. Les contagions et la propagation de la maladie semblent ne connaître ni frontières ni classes sociales et placent le monde devant le miroir de la mondialisation. Les interconnexions profondes de l'économie mondiale aident le virus à se propager, mais il y a aussi, a priori, plus de coordination et d'échange d'informations que jamais pour prévenir l'impact des pandémies.

Cependant, et malgré le fait que nous ne connaissons toujours pas le tableau complet alors que le virus continue de se développer, le COVID-19 est loin d'être la maladie la plus mortelle que l'humanité ait jamais connue. Ce n'est pas non plus la première pandémie mondiale, même s'il est vrai qu'elle a peut-être été celle qui s'est propagée le plus rapidement aux quatre parties de la planète.


Qu'entendons-nous exactement par pandémie? Selon l'Organisation mondiale de la santé, une pandémie est "la propagation d'une nouvelle maladie dans le monde ou sur une zone géographiquement étendue". Autrement dit, on parle d'une épidémie, c'est-à-dire d'une maladie qui touche un grand nombre de personnes au même endroit et pour la même période, mais à l'échelle mondiale.

La classification établie dans cet article est faite par des estimations du nombre de décès, car bon nombre des pires épidémies auxquelles l'homme a été confronté datent d'une époque où il était directement impossible de tenir un décompte précis des décès. Cependant, grâce à des témoignages directs et à diverses sources, les historiens ont pu présenter un récit très fiable de l'impact réel des pandémies survenues il y a des siècles.

Ci-dessous, nous passons en revue les 5 pires pandémies de l'histoire, de l'époque de la Rome antique à nos jours.

Peste noire : 200 millions

La pandémie la plus meurtrière de l'histoire apparaît au milieu du 14e siècle. Bien qu'il y ait déjà eu d'autres fléaux considérés comme « la peste », celui qui est apparu en Europe en 1347, celui connu sous le nom de « mort noire », en raison des imperfections et des taches malodorantes de cette couleur que la maladie a fait apparaître sur tout le corps, dépasse tout.

Introduite par les marins, la maladie a débuté dans le port méditerranéen de Messine (Italie), mais elle s'est propagée très rapidement, atteignant l'Angleterre, l'Allemagne et la Russie en 1350.

La maladie était hautement contagieuse et passait d'une personne à l'autre comme une traînée de poudre : en quelques décennies à peine, environ un tiers de la population européenne, entre 75 et 200 millions de personnes, est mort de la peste. Une mortalité terrible qui ne peut être comparée à aucune autre pandémie dans l'histoire.

Bien que l'origine exacte de la « mort noire » soit inconnue, la théorie la plus répandue aujourd'hui est que la maladie a été causée par le bacille Yersinia pestis et a été transmise par les puces du rat.

L'impact profond de cette épidémie a été ce qui a favorisé la naissance de mesures extrêmes