La Finlande, le «pays le plus heureux du monde», cherche à recruter des migrants

Le pays européen fait face à une population vieillissante, mais sa situation actuelle contraste avec la culture, l'économie et le climat auxquels les étrangers doivent faire face.

Avec le contraste d'être à plusieurs reprises surnommée la nation la plus heureuse de la planète avec un niveau de vie inégalé, la Finlande pourrait être surpeuplée de personnes souhaitant déménager, mais ce n'est pas le cas, car elle fait face à une grave pénurie de main-d'œuvre dans divers secteurs productifs.

La situation pousse les autorités à chercher à combler les espaces qui restent en faisant des appels constants non seulement à ses habitants, mais aussi en dehors des frontières du pays européen.

"Il est maintenant largement reconnu que nous avons besoin d'un nombre spectaculaire de personnes pour venir dans le pays", a déclaré le recruteur SakuTihverainen de l'agence Talented Solutions.

Les travailleurs sont nécessaires "pour aider à couvrir le coût de la génération vieillissante", a expliqué Tihverainen .

Alors que de nombreux pays occidentaux sont aux prises avec une faible croissance démographique, peu en ressentent les effets aussi fortement que la Finlande.


Qu'est-ce qui a poussé la Finlande à demander des migrants

Avec 39,2 personnes de plus de 65 ans pour 100 personnes en âge de travailler, elle se classe au deuxième rang après le Japon pour l'étendue de sa population vieillissante, selon l'ONU, qui prévoit que d'ici 2030, le « rapport de dépendance des personnes âgées » passera à 47,5.

Le gouvernement a averti que la nation de 5,5 millions d'habitants devait pratiquement doubler les niveaux de migration à 20 000 ou 30 000 par an pour maintenir les services publics et couvrir un déficit de retraite imminent.

La Finlande ressemble à une destination attrayante sur le papier, avec un score élevé dans les comparaisons internationales pour la qualité de vie, la liberté et l'égalité des sexes, avec peu de corruption, de criminalité et de pollution.

Cependant, le sentiment anti-immigré et la réticence à employer des étrangers sont également répandus dans la société plus homogène d'Europe occidentale, et le parti d'opposition d'extrême droite finlandais obtient régulièrement un soutien substantiel lors des élect