La fameuse chef-oeuvre d'Henri 1er et son règne


Il se fait appeler Henri Ier, fait construire six châteaux, huit palais et la Citadelle de Laferrière, qui reste l'un des édifices du XIXe siècle les plus imposants de l'hémisphère (il aura fallu 15 ans, 20 000 ouvriers et 2 000 vies pour construire et affirmer il est à noter que, dans sa construction, le ciment a été mélangé avec de la chaux vive, de la mélasse et du sang de vache) pour renforcer la liaison entre les blocs.


Il créa sa propre monnaie à son effigie couronnée d'un olivier à la César. Il appela la capitale le royaume du Cap Henrique, et créa sa propre noblesse à laquelle il nomma quatre princes, huit ducs, 14 chevaliers, 22 comtes, 37 barons, se faisant appeler Souverain Grand Maître (et fondateur) de l'Ordre Royal Militaire de Saint Henrique.

Il a également créé un système éducatif inhabituel, l'un des plus complets de la première moitié du XIXe siècle en Amérique latine, et a établi un code juridique, qui porte son nom, qui régissait presque tous les aspects de la vie dans le royaume.


Mais il a également promu un système de travail forcé – presque esclave – et imposé des conditions de vie, des normes et des règlements aux paysans qui, en quelques années, ont fait de lui un leader extrêmement impopulaire.

Le roi resta seul et isolé dans son palais, et un accident vasculaire cérébral en août 1820 le laissa paralysé d'un côté et méfiant, l'ombre de lui-même alors qu'il n'avait que 53 ans.

Il n'y avait pas de rites ni de messes dans le Royaume d'Haïti pour la mort de son roi.


Ils ont coupé un de ses doigts, que la reine a gardé comme une relique - et on pense qu'il a été emmené avec elle en exil en Italie - et se sont précipités pour lui donner une sépulture inhabituelle dans le royaume de ce monde.

Ils ont enterré son corps dans le mortier qu'ils avaient préparé dans un trou à la base de la forteresse afin que personne ne puisse profaner son cadavre.

Le roi d'Haïti a lentement coulé et s'est progressivement transformé en pierre. Il a fusionné avec sa Citadelle, le rêve mégalomane de son empire, qui, malgré les temps et les tremblements de terre, veille toujours sur le Cap Haïtien depuis la montagne Bonnet-à-l’Evèque.