Après avoir perdu ses jambes dans un accident, il a visité 46 pays en fauteuil roulant


Tout au long de sa vie, l'Américain John Morris a été passionné par les voyages. « J'ai pris l'avion pour le simple plaisir de voler et j'ai exploré des endroits aux quatre coins de la planète. Voyager a été mon premier amour », dit-il.

En 2012, cependant, un fait a tout changé : « à l'automne de cette année-là, dans un accident de voiture, de très graves brûlures m'ont fait perdre une partie de mes deux jambes et de mon bras droit. J'ai dû lutter contre de nombreuses émotions, comme le choc, la peur, la colère, la tristesse et le désespoir", rapporte-t-il.


Même avec une mobilité réduite, le désir d'explorer le monde persistait. Un peu plus d'un an après l'accident, il est retourné au voyage, maintenant en fauteuil roulant.

« Mon premier voyage en tant que personne handicapée était à Los Angeles, en 2014. Je suis allé voir la finale du championnat de football universitaire, qui a fini par être remportée par l'université où j'ai étudié », raconte-t-il.


Aujourd'hui âgé de 31 ans, John a visité 46 pays en fauteuil roulant. Le Kenya, le Canada, la Colombie, l'Afrique du Sud, l'Égypte et le Brésil en sont des exemples. « Les premiers ont été réalisés en compagnie de membres de la famille, mais maintenant je voyage presque toujours seul », explique-t-il.


À chacune de ces visiteses, John a appris de nouvelles façons de se déplacer. "Je fais des recherches approfondies pour découvrir les degrés d'accessibilité offerts par les moyens de transport locaux, tels que les bus urbains, les métros et les taxis."

L'Américain va partout où son fauteuil roulant peut glisser et s'adapter. À Rio de Janeiro, il a profité du téléphérique du Pão de Açucar et a pris une photo avec la statue de Carlos Drummond de Andrade sur la rive de Copacabana.

Dans la région du Cap, en Afrique du Sud, il a visité des points de vue surplombant la mer. Dans la réserve nationale de Maasai Mara au Kenya, il a organisé l'un des safaris les plus étonnants au monde.


Selon John, les meilleures villes pour les touristes en fauteuil roulant sont Londres, en Angleterre, et Washington, DC, la capitale des États-Unis.

"Washington dispose d'un large éventail d'hôtels accessibles, de taxis et d'Uber, d'un excellent système de transports en commun et d'excellents musées pour les personnes handicapées", a-t-il déclaré.


À Londres, le point culminant va aux taxis noirs de la ville, qui ont des rampes pour les chaises, et à l'Uber, qui propose des options de voiture abordables.

Alors qu'il luttait pour trouver des informations de qualité sur l'accessibilité des voyages sur Internet, John a créé WheelchairTravel.org.

Le site, qui présente des itinéraires et des conseils pour les voyageurs en fauteuil roulant, est devenu une référence aux États-Unis. "Pour moi, planifier un voyage était difficile. Rien de ce que j'ai lu n'a montré la réalité de ce que c'est que de voyager en fauteuil roulant", se souvient-il.