5 choses interdites au Brésil

Le Brésil est un pays joyeux et bien connu pour ses fêtes, son climat et les magnifiques plages le long de toute la côte du pays, qui laissent à tout étranger un "goût d'en vouloir plus". Avec sa vaste étendue de dimension continentale et sa riche biodiversité, le Brésil est, sans aucun doute, une grande station balnéaire au monde, où le plaisir est toujours garanti.

Cependant, la grande hospitalité et l'atmosphère de fête du pays font que le Brésil a l'image que "tout est permis" sur le territoire brésilien et qu’ils n’ont de règles pour rien.

Eh bien, la grande vérité est tout le contraire : ils ont des règles – et même trop de règles pour qu’elles soient respectées convenablement. On estime qu'environ 767 règles sont publiées quotidiennement.

Il y a tellement de règles qu’ils ne les connaissent même pas toutes, encore moins les obéissent. Mais elles existent ! Et aujourd'hui nous vous invitons à découvrir 5 choses qui sont interdites au Brésil et dont vous n'aviez peut-être aucune idée. Jetez-y un coup d'œil !

5- Faites le plein de votre propre voiture sans l'aide d'un pompiste

C'est certainement quelque chose qui déroute beaucoup de touristes, en particulier des États-Unis et d'Europe qui viennent visiter le Brésil. À l'extérieur, les stations-service avec des pompes en libre-service sont très courantes : vous vous arrêtez, vous faites le plein, vous vous rendez chez un préposé qui, avec le numéro de la pompe, a les données sur la quantité que vous avez remplie et… vous payez et vous partez.

Simple, non ? Pas au Brésil : les pombes en libre-service sont interdites dans le pays depuis 2000, grâce à un projet de l'ancien ministre Aldo Rebelo.

L'objectif de la mesure était d'éviter la perte d'emplois pour les préposés aux stations-service, en préservant environ 500 000 postes vacants dans tout le pays.

4- Boire dans la rue

Dans certaines villes du Brésil, il est strictement interdit de boire dans la rue : oui, même cette bière le week-end. De nombreuses villes, en particulier à la campagne, y ont trouvé un moyen de lutter contre les émeutes et la violence.

Dans les villes de Passo Fundo (à l'intérieur du Rio Grande do Sul) et Chapecó (à l'intérieur de Santa Catarina), la chose a été vraiment prise au sérieux : les amendes ont atteint la valeur de R$ 500, pour la consommation de bière dans la rue.

Dans certaines villes, il existe une limite d'âge, seuls les adultes de plus de 24 ans étant autorisés à boire dans la rue, ou un permis de week-end uniquement.